La tradition indienne de marier ses morts

Marier les morts, c’est une tradition que l’on retrouve dans l’Etat indien du Karnataka. Brut vous dit tout.

“Ce n’est pas comme un enterrement, c’est une fête, tout le monde est de bonne humeur"

Ça aide la famille à faire le deuil. Des parents ne pourront jamais oublier leur enfant”. Voici la cérémonie de mariage de deux personnes décédées dans les années 1990 quand elles n’étaient encore que des nouveau-nés. Leurs familles les marient au moment où elles auraient atteint leur majorité. Il s’agit d’une tradition de certaines communautés de l’État indien du Karnataka. Le mariage est celui de la cousine d’Arun, morte environ 25 jours après sa naissance. Aujourd’hui, elle aurait dû en avoir 28. Les rituels sont les mêmes que pour n’importe quel mariage dans cette communauté. Au Japon, la tradition du Mukoyōshi

Cette pratique était autrefois assez courante dans cette communauté très soudée. Mais les jeunes gens ne s’impliquent pas autant que leurs aînés dans cette tradition. Arun explique aussi que la tradition disparaît peu à peu car la mortalité infantile se réduit dans sa communauté. Autrefois, les hôpitaux étaient inaccessibles dans cette région, mais aujourd’hui, l’accès aux soins s’est amélioré. Sa cousine, mariée au cours de la cérémonie, avait perdu la vie parce qu’elle s’était étouffée en mangeant. Après avoir assisté à ce mariage, Arun a compris que cette pratique aidait aussi les familles endeuillées à tourner la page. Une tradition indienne inquiète des militants de la cause animale

avatar
Brut.