Violences conjugales : ados, elles ont vécu des relations toxiques

Les violences conjugales, ça existe aussi chez les adolescents. Louise, Mélissa, Alex, Marie, Amandine et Agathe ont été victimes de relations toxiques. Voilà ce qu'elles ont vécu, et comment on peut s'en sortir.

Violences conjugales : ados, elles ont vécu des relations toxiques

Les violences conjugales, ça existe aussi chez les adolescents. Louise, Mélissa, Alex, Marie, Amandine et Agathe ont été victimes de relations toxiques. Voilà ce qu'elles ont vécu, et comment on peut s'en sortir.

“Je devais dire comment j’étais habillée et lui envoyer une photo pour lui prouver.”

Agathe Breton, autrice de l’ouvrage “C’est pas ça l’amour” intervient régulièrement au sein d’établissements scolaires pour sensibiliser autour des violences conjugales et relations toxiques chez les adolescents. Parmi les leitmotiv retenus, il y a celui de la surveillance systématique opérée par le ou la partenaire, notamment sur les réseaux sociaux.

Les garçons aussi peuvent être victimes de relations toxiques

À ce sujet, les études belges révèlent que les garçons vont davantage utiliser ce qu’on appelle un mode majeur, des violences plus fréquentes et plus importantes, et les filles vont plutôt être autrices de violences dites “mineures”, des violences occasionnelles, avec principalement de la jalousie.

On ne quitte pas un auteur de violences du jour au lendemain comme on ferme une porte. Il faut respecter ce temps, il faut respecter le rythme de la victime.

avatar
Brut.