atrás

Nauru, le "pays qui s'est mangé lui-même

Cette île du Pacifique possédait l'un des plus hauts niveaux de vie au monde, avant de s'effondrer. C'est l'histoire de Nauru, le "pays qui s'est mangé lui-même".

Nauru, le pays qui s'est mangé lui-même

Cette île du milieu du Pacifique possédait autrefois l'un des plus hauts niveaux de vie au monde. Aujourd'hui, ne vivent dans ce petit pays que 11.000 habitants, menacés par la montée des eaux.

C'est l'histoire de Nauru, surnommé « le pays qui s'est mangé lui-même ». Cette île océanienne est située à 4.835 km de l'Australie et s'étend sur 22 km2.

En 1974, Nauru possède le second PIB par habitant au monde

La majorité de la population est concentrée sur une bande côtière qui entoure un plateau central. C'est sur ce plateau qu'ont été découverts de massifs gisements de phosphate, un sel notamment utilisé pour la création d'engrais et d'explosifs. Leur exploitation débute en 1906, au bénéfice des colons allemands. En 1914, c'est au tour de l'Australie de profiter de cette exploitation, et le pays prend le contrôle de l'île jusqu'en 1968. Cette année-là, Nauru obtient enfin son indépendance et devient la plus petite république au monde.

C'est le début d'une ère de prospérité économique exceptionnelle : en poursuivant l'exportation de son phosphate, le pays du Pacifique s'enrichit très rapidement. En 1974, il possède le second PIB par habitant au monde, trois fois plus élevé que celui des États-Unis. Cette année-là, le pays génère 225 millions de dollars australiens.

Lorsque les gisements de phosphate se tarissent, l'économie commence à s'écrouler

Le petit pays se dote d'une compagnie aérienne, multiplie les avantages sociaux pour ses habitants, investit massivement à l'étranger… Mais lorsque les gisements de phosphate se tarissent au début des années 1990, l'économie du pays commence à s'écrouler. Les investissements immobiliers effectués par le gouvernement en prévision de cette crise se révèlent infructueux. L'île, ravagée par l'exploitation minière, ne peut se rabattre sur d'autres ressources, comme le tourisme.

80 % de la terre a été dévastée, 40 % de la marine a été tuée. Alors que les saisies se multiplient, que l'industrie s'effondre et que les gouvernements se succèdent, la République de Nauru adopte différentes stratégies pour remplir ses caisses : blanchiment d'argent étranger, vente de passeports, accueil rémunéré de réfugiés clandestins… Au fil des années, ces activités valent à Nauru des accusations sévères de la part de l'ONU, de l'OCDE, d'Amnesty International…

Une crise économique doublée d'une crise sanitaire

Puis la crise économique du pays se double d'une crise sanitaire, due à l'adoption trop rapide d'une société de consommation. Le pays a le plus important taux d'obésité au monde (61 % des adultes), le deuxième taux de tabagisme (47 % des adultes) et le plus haut taux de diabète de type 2 (40 % de la population). Aujourd'hui, la République de Nauru est une île aux paysages arides et industriels, à la faune et la flore dépeuplées et sur laquelle vivent encore environ 11.000 habitants, menacés par la montée des eaux.

26/07/2020 8:31
  • 8,6M
  • 3,8MIL

2244 comentarios

  • Bono A.
    3 días

    Triste fin pour un État,un peuple....et Dieu seul sait les ravages causés par ce phosphore dans différentes guerres a travers le monde...

  • Jujube V.
    7 días

    Cette histoire est aussi racontée dans la splendide série de BD Les Vieux Fourneaux. Incontournable!

  • Abel G.
    18/11/2020 13:57

    les voici!!

  • Gabriel H.
    16/11/2020 19:49

    😤

  • Frédéric M.
    13/11/2020 11:09

    Certainement l'avenir de notre planète ....

  • Pelo S.
    13/11/2020 05:53

    air nauru venait chez nous a wallis et futuna

  • Maria A.
    12/11/2020 23:15

    Quel maitre tel pays.

  • JeanBa M.
    12/11/2020 02:52

    La nouvelle île de Pacques quoi. Même cause mêmes effets.

  • CG R.
    09/11/2020 19:03

    Les hommes détruitent la nature.. Il faut faire le nécessaire par les états du monde.. La honte et pauvre planète..

  • Marielle d.
    08/11/2020 20:27

    C est ce qui attend le reste de la planète si on continue sur cette voie

  • Sébastien B.
    08/11/2020 17:49

    Je ne peux qu’encourager la lecture de « Nauru, l’île dévastée » de Luc Folliet. L’un des passage qui me fait encore le plus réfléchir est celui où il demande à un habitant si, sachant ce qu’il sait, est-ce qu’il recommencerait? Et que celui-ci lui répond : « qui ne voudrait pas être riche? »

  • Khaled A.
    08/11/2020 15:49

    À méditer

  • Charles R.
    08/11/2020 15:22

    Les gens voient une justice, mais simplement, ils n'ont pas géré, quand je vois Dubai avec le pétrole, je pense que leurs investissements financiers et dans l'éducation et la science seront fructueux.

  • Raf L.
    08/11/2020 15:16

    Quelqu'un connaitrait le titre de la musique utilisée pour ce documentaire?

  • Serge C.
    08/11/2020 09:30

    Homme dans toute sa splanteur

  • Tenena N.
    08/11/2020 09:00

    PASSIONNANT...

  • Bastien M.
    07/11/2020 18:38

    super interessant

  • Stephane C.
    07/11/2020 09:27

    Édifiante histoire sur la gestion des ressources évoquée notamment dans le roman Siècle Bleu de JP GOUX, où comment concilier intérêt collectif à long terme et enjeux électoralistes.

  • Antoine d.
    07/11/2020 09:00

    😲

  • Dylan D.
    07/11/2020 08:58

    J'avais vu le reportage de Thalassa a l'époque et j'ai acheté le bouquin sur Nauru. C'est vrai que leur histoire est passionnante et tragique a la fois. On se croirait dans Dallas puis a la fin dans Shameless... Lol