Une journée avec Bianca Costa

Elle vient de sortir son EP "Le Baile", et elle enchaîne la première partie d'Angèle à la Paris La Défense Arena. On a passé une journée avec Bianca Costa, du retour sur ses premières années en France jusqu'à son concert devant près de 40 000 personnes.

“Je rêvais que d'une chose, c'était d'être sur scène”


“Quand j'ai commencé à faire de la musique, avec mon producteur, on a vraiment cherché à créer un univers. Et du coup, on s'est dit: ‘Mais qu'est-ce qui est le plus vrai et le plus authentique que tu as ?’ Et moi, c'est mon côté brésilien, c'est ma musicalité.” Après avoir sorti son nouvel EP Le Baile, Bianca Costa s’attaque à un défi d’une autre ampleur: faire la première partie d’Angèle devant près de 40000 personnes. Brut l’a suivi dans cette journée de préparation, en passant par des lieux importants pour elle.
Niki Black en studio pour l’enregistrement de son EP


“Le pire, il est derrière”


La jeune femme est née au Brésil et a déménagé à Paris avec sa mère quand elle avait dix ans. "Je n'ai pas de famille en France. J'avais rien qui me lie à la France. Je n'ai pas grandi avec mon père. Il est parti quand j'avais quatre ans”, explique-t-elle. “La musique, pour moi, ça a toujours été le moyen de dire les choses, tu vois ? Quand j'étais petite, j'écrivais beaucoup et j'écrivais beaucoup sur le fait d'être loin de ma famille, de partir, de ne pas voir mon père, etc. Et je pense qu'au fond, j'ai toujours eu cette envie d'écrire, de faire de la musique et de partager mes émotions.”
SCH dit toute la vérité sur lui


Elle passe devant son premier job en se lançant dans sa carrière de chanteuse: le McDo Alésia. “C'est ici que je travaillais pendant que je faisais mes premières chansons. Toute la journée, j'allais au studio. Des fois, j'allais au studio après le taf, de nuit. En plus, je faisais du baby-sitting à l'époque. Bref, genre, c'était vraiment intense. C'est pour ça, quand les gens me disent ‘là, ça charbonne’, et tout, je suis en mode ‘non, non’. Le pire, il est derrière. Franchement, maintenant, c'est facile, à côté de cette époque”, se remémore-t-elle.
Un jour à Bruxelles avec la chanteuse Lous and the Yakuza


Son rêve: remplir une Arena


Elle retourne également devant sa première école primaire. Beaucoup de souvenirs pour la chanteuse: “C'était vraiment mon année la plus dure. C'est la seule année, vraiment, de ma vie, où j'ai vraiment eu du mal, parce que je ne parlais pas la langue, je n'arrivais pas forcément à communiquer. Donc les gens, ils se moquaient et se moquaient de mon accent et se moquaient quand je ne comprenais pas.”
Une journée avec Joysad à Périgueux


Enfin, il est temps pour la chanteuse de se préparer car un événement important l’attend: elle fait la première partie d'Angèle à Paris La Défense Arena. “En fait, je pense qu’avant de rêver de faire de la musique, d'aller en studio, moi, ce que j'ai rêvé, c'est la scène, parce que j'ai grandi avec une maman qui avait tous les DVD de Shakira, Britney Spears. Je regardais tous les grands shows, où ça dansait et tout, et moi, je rêvais que d'une chose, c'était de ça, c'était d'être sur scène. C'était avoir mon micro, avoir mes tenues, mes danseuses, mes musiciens.” Et maintenant, quel est son rêve? “De remplir une Arena”, sourit Bianca.
Dans les coulisses du show de Bilal Hassani au Crazy Horse


avatar
Brut.