Interview exclusive de Timothée Chalamet pour Brut.

À l’occasion de la sortie de son dernier film ‘Bones and All’, Brut. a interviewé l’acteur Timothée Chalamet.

“Luca m’a invité à être coproducteur”

“‘La bonne chance’ de ma vie, c’est de travailler sur des films avec des réalisateurs que j’admire.” Timothée Chalamet est de retour au cinéma avec un nouveau film, Bones and All, du réalisateur Luca Guadagnino, qui l’avait révélé dans le personnage de Elio dans Call Me By Your Name. Maintenant considéré comme “d’acteur de sa génération” ou “d’idole de sa génération”, quel rapport entretient-il avec cette image ? “Là, je travaille avec Denis Villeneuve en Jordanie. Hier j’étais en Jordanie, on tournait une scène avec Javier Bardem. Et ça, c’est ‘la bonne chance’ de ma vie. Alors, d’être faussement prétentieux, ou sans gratitude pour les titres que tu viens de décrire, ce serait pas sincère, mais aussi, j’essaie de ne pas ‘engager avec ça’ parce que c’est en relation avec le travail. Le travail, c’est ce qui est important.” Une vie : retour sur le parcours de Timothée Chalamet

Un long-métrage métaphorique

Dans Bones and All, il incarne Lee, un jeune homme cannibale et amoureux. “Je fais attention quand j’en parle parce que je ne veux pas que les gens regardent ça en se disant : ‘Ces gens tarés d’Hollywood qui pensent que le cannibalisme, c’est universel’”, s'exclame le jeune homme. Lukas Dhont et Eden Dambrine, d’un train au Festival de Cannes

“C’est une métaphore pour les gens qui sentent… pour les jeunes surtout qui se sentent en dehors du milieu normal, d’une société normale et qui cherchent leur communauté, qui cherchent une confiance qui est difficile à trouver dans toutes les générations du monde mais qui est vraiment, je dirais, encore plus difficile aujourd’hui à cause des deux côtés du bombardement de l’info sur Internet mais aussi où on trouve le monde aujourd’hui avec le réchauffement de la Terre, juste un sens global pessimiste, négatif. Et pour cette raison-ci, je pense que le film est universel.” Ana Girardot raconte ses scènes de sexe pour le film La Maison

Ces débuts en tant que producteur

Le jeune acteur est également coproducteur du film, sur proposition du réalisateur. “Je remercie beaucoup Luca déjà qui, quand j’avais 20 ans, m’a donné une carrière avec 'Call Me By Your Name'. On était à Rome il y a deux ans, en plein Covid, et il m’a envoyé le texte. Et j’aimais beaucoup le texte, j’aimais beaucoup le personnage de Maren et l’histoire des deux.” Monica Bellucci et son rapport au temps qui passe

Mais je pensais qu’il y avait des éléments de Lee qui était un peu ‘bravado’, un peu chef d’État. Et je ne me voyais pas dans ce rôle-ci si ça restait comme ça, je ne pensais pas que c’était bien, que je pourrais bien le jouer. Et on a beaucoup travaillé sur le scénario avec l’écrivain Dave Kajganich et dans ce processus-là, Luca m’a invité à être coproducteur et c’était l’expérience parfaite pour faire ça pour la première fois, sous le regard de Luca pour la deuxième fois”, explique-t-il. Une vie : Marilyn Monroe, icône du cinéma

En dehors du plateau, le jeune homme se fait également beaucoup remarquer pour ses tenues qui changent des classiques de mode masculins. “On a plus le droit aujourd’hui que dans les générations passées et parce que je m’amuse en faisant ça, aussi parce qu’il y a vraiment un côté artistique, surtout les collaborations que j’ai la chance d’avoir avec Haider Ackermann plusieurs fois maintenant, mais aussi avec Hedi Slimane et Tom Ford et Virgil, qui est décédé l’année dernière, et Stella McCartney, ça me galvanise. Mais si ça devient trop j’arrêterais. Mais pas maintenant.” Jim Carrey revient sur 5 rôles cultes

avatar
Brut.