C'est quoi les cascades d'extinctions ?

Si une espèce animale s'éteint, elle peut en faire disparaître d'autres, qui peuvent elles-mêmes en faire disparaître d'autres… Voici comment fonctionnent les cascades d'extinctions, et combien d'espèces pourraient s'éteindre à cause de ce phénomène.

“La coextinction amplifie l’effet des extinctions de près de 200%”


“Même l’animal le plus résistant de la planète dépend nécessairement d’autres espèces, qui lui procurent de la nourriture, un habitat. Si on ne prend pas en compte ces interactions, on ne peut pas du tout évaluer le risque d’extinction d’une espèce”, explique Giovanni Strona, chercheur en écologie à la Commission européenne. Selon ses recherches, les espèces dépendent beaucoup les unes des autres. Ainsi, si une d’entre elles disparaissait, l’équilibre serait rompu et d’autres espèces pourraient suivre et disparaître. Cela s’appelle les coextinctions, ou cascades d’extinctions.
Le hamster d'Europe disparaît


Tous les écosystèmes touchés


“Toutes les espèces sont connectées à d’autres espèces à travers différentes relations. On peut penser aux plantes et à leurs pollinisateurs ou aux prédateurs qui dépendent de leur proie. Et si une espèce disparaît, les effets de cette extinction vont se propager à ces autres espèces”, ajoute le scientifique. Cela se représente de différentes manières, comme par exemple la mort des récifs coralliens. Si ces derniers meurent, ils peuvent mettre en péril toute une vie sous-marine qui en dépend.
Comment l'extinction du bison d'Europe a été évitée


Cela concerne aussi le réseau alimentaire terrestre. Si les pollinisateurs, comme les abeilles, disparaissent, les plantes seront réduites. Ainsi, les herbivores, qui se nourrissent de ces plantes, se retrouveront aussi amoindris car n’ayant pas de ressources. Enfin, les carnivores n’auront plus de proies. “C’est un problème qui concerne tous les écosystèmes, parce que dans tous les écosystèmes, il y a des interactions écologiques”, détaille le chercheur.
Le street-art pour alerter sur l’extinction animale


Un phénomène à prendre en compte en globalité


Environ 1 million d’espèces sont menacées par les activités humaines. Pour estimer l’impact des cascades d’extinction, Giovanni Strona et le professeur Corey Bradshaw ont modélisé des terres virtuelles en incluant de nombreuses interactions entre espèces. “Dans un premier scénario, nous avons seulement simulé l’extinction d’espèces due aux changements environnementaux et climatiques, donc juste les extinctions primaires. À l’inverse, dans un autre scénario, nous avons simulé à la fois ces extinctions primaires et les effets cascades à travers les réseaux alimentaires. (…) En moyenne, dans le pire scénario pour la biodiversité, la coextinction amplifie l’effet des extinctions primaires de près de 200%.”
Comment le changement climatique mène l'ours polaire vers l'extinction


Dans leur pire scénario, d’ici 2100, plus d’1 espèce sur 4 pourrait disparaître. Au rythme actuel des émissions de CO2, ce serait 1 espèce sur 10. “Même si parfois c’est plus facile d’étudier les effets directs et d’observer comment chacune des espèces réagit au changement climatique, ce qui est bien sûr important, il faut aller plus loin, et vraiment creuser dans la complexité des écosystèmes pour être capables de limiter les futurs effets du changement climatique sur ces systèmes”, conclut Giovanni Strona, Chercheur en écologie à la Commission européenne.
En Nouvelle-Calédonie, le WWF se mobilise pour sauver le dugong


avatar
Brut.