retour

Ils créent une appli pour les enfants dont les parents sont en prison

La difficulté à maintenir le contact avec son père incarcéré, elle l'a vécue. Alors à 12 ans, Jay'Aina a développé une application simple d'accès pour aider les enfants dans sa situation…

Une application pour les enfants de prisonniers

Un père et sa fille lancent une application gratuite pour connecter les enfants et leurs proches incarcérés. Une idée inspirée de leur expérience personnelle.

Par une enfant, pour les enfants. Antoine Patton et sa fille Jay’Aina ont créé Photo Patch, une application gratuite pour que les enfants puissent écrire à leurs proches incarcérés. Antoine Patton a appris le codage à sa fille lorsqu’elle avait 10 ans. Elle en a 12 quand elle crée l’application. « Ça montre bien à quel point l'appli est facile à utiliser », remarque Antoine Patton.

L’histoire de l’application

Antoine Patton a lui-même été emprisonné pour possession illégale d’arme à feu alors que sa fille avait 3 ans. Durant sa détention, il a réalisé à quel point il est long et coûteux pour les familles d’entrer en contact avec un détenu. Les courriers, quant à eux, prennent du temps à parvenir. Le jeune père s'est donc inscrit à des cours universitaires où il apprend le codage. Dès sa sortie, il met ses compétences en pratique. À l’origine, Antoine Patton crée un site, mais sa fille lui suggère une application.

« Je suis sûre qu'il y a plus de jeunes à avoir téléphone portable qu'à avoir un ordinateur. Ce sera donc beaucoup plus facile de leur permettre d'utiliser un application que d'aller sur un site Internet pour envoyer des photos. Le site est toujours aussi cool. Il fonctionne toujours bien, mais une application sera beaucoup plus pratique », estime Jay’Aine Patton.

L’application est gratuite sur l’App Store et Google Pay. Les enfants doivent créer leur profil et celui de leur correspondant incarcéré. Ils peuvent ensuite lui écrire. « Une fois qu'ils ont appuyé sur envoyer, tout nous parvient et nous l'imprimons, l'emballons et l'envoyons physiquement à la prison ou au centre de détention où se trouve le proche incarcéré », explique Antoine Patton.

1.500 utilisateurs mensuels pendant la pandémie

En ces temps de pandémie, l’application est d’une grande utilité. En moyenne, il y a 500 à 600 lettres par mois. Pendant les vacances et durant certaines périodes, un millier de personnes utilisent l’application gratuite. En ce moment, Photo Patch compte près de 1.500 utilisateurs mensuels, les visites étant interdites.

Antoine et Jay’Aina Patton apprennent aussi le codage à d’autres personnes. La jeune fille, directrice junior de Photo Patch, l’enseigne aux jeunes. « Je vois mon père apprendre aux gens, et nous voulions aussi le faire pour les jeunes, pour rendre les cours plus faciles. Au début, nous allions le faire ensemble, mais je me suis dit que je voulais le faire toute seule. Entre jeunes. »

27/10/2020 07:23
  • 251.1K
  • 167

23 commentaires

  • Alx U.
    30/10/2020 15:07

    Non mais on a qu’a leur laisser Facebook aux pauvres taulards aussi

  • Priscillia L.
    29/10/2020 13:32

    Belle initiative

  • Nicolas D.
    29/10/2020 05:16

    Aucun intérêt sinon de restez honnête.... tu verras tes enfants...

  • Maxime N.
    28/10/2020 19:58

    Le mieux pour le lien parents enfants est quand d'éviter l'incarcération non ???

  • On M.
    28/10/2020 17:40

    Il n'y a pas de raison, ce n'est pas parce que tu as massacré une famille à la hache que tu ne doit pas pouvoir garder contact avec la tienne, hein ?

  • Regine P.
    27/10/2020 22:38

    Super

  • Evelyne L.
    27/10/2020 18:47

    Mais vous êtes ... terrible

  • Laurence D.
    27/10/2020 15:08

    !!!

  • Daniel I.
    27/10/2020 12:11

    J’ai pas compris où était la différence entre leur appli/impression et la différence entre envoyer un courrier, si quelqu’un peut me l’expliquer. Après sinon la prison c’est long et coûteux, ben fallait y réfléchir avant mon garçon....

  • Mathaiev F.
    27/10/2020 11:59

    Pour que les détenus puisse avoir usage librement d'un téléphone ?.. En France nos détenus sont déjà bien mieux lotis que nos retraités, et gratuitement...

  • Gregory M.
    27/10/2020 10:37

    J ai également inventé quelque-chose de révolutionnaire pour pallier à se problème, en fait c est de ne pas aller en prison, 100% de resultat garantie, pour adhérer au concept il suffit de cotiser 100 euros(détails en mp)😀😀😀

  • José-Sao F.
    27/10/2020 10:02

    Sans intérêt pour les honnêtes gens

  • Brut
    27/10/2020 09:49

    👉 Rejoignez la communauté myBrut ! myBrut, c'est chaque jour 1 email contenant un sujet traité en profondeur, du contenu exclusif, des témoignages, un focus sur notre monde : https://bit.ly/3e2sPHN

  • Line K.
    27/10/2020 09:23

    Très bonne idée pour entretenir les liens surtout les enfants

  • Estelle M.
    27/10/2020 09:14

    Belle initiative mais comment cela est-il financé ??? 🤔

  • Guillaume
    27/10/2020 08:59

    Sinon plutôt qu'inventer une appli fallait pas aller en prison champion

  • Rein D.
    27/10/2020 08:28

    quand un gars apprend à coder à sa fille à sa sortie de prison et qu'ils créent une appli 😁

  • Monique B.
    27/10/2020 08:21

    Rien ne devrait être permis aux prisonniers !! Faut penser avant...

  • Kar L.
    27/10/2020 08:10

    Je me demande qui a le temps de les imprimer et avec quel argent ils envoient les impressions.... il me manque des informations pour comprendrr

  • LaBoule C.
    27/10/2020 08:08

    Quand on dit parents... On parle des pères, car les femmes sont moins condamnés ! Protegée indirectement par la maternité... «Ensuite, au cours du processus pénal, les femmes sont rarement sanctionnées –environ deux fois moins fréquemment que les hommes– par des décisions privatives de liberté, qu’il s’agisse de décisions avant jugement ou de décisions sentencielles.» . «La parentalité protège les femmes du prononcé de peines privatives de liberté fermes..." https://www.google.com/amp/s/www.slate.fr/story/174153/societe/les-femmes-et-le-crime-episode-1-criminelles-comme-hommes%3famp

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

switch-check
switch-x
En continuant, vous acceptez de recevoir des e-mails de Brut.