Le Q&A Brut d’Olivier Véran, porte-parole du gouvernement

Pouvoir d’achat, Covid, coupures d’électricité, écologie... Le porte-parole du gouvernement Olivier Véran a répondu à vos questions et à celles de notre journaliste Rémy Buisine.

“On se met en position d'anticiper tous les scénarios possibles”


“‘Comment est-ce qu'on est passé de pas de coupures, coupures que pour les entreprises, à des coupures pour les particuliers ?’ En fait, l'idée, c'est qu'il y ait pas de coupures. On travaille pour qu'il n'y ait pas de coupures”, répond Olivier Véran. Le porte-parole du gouvernement, et anciennement Ministre de la Santé, a répondu à vos questions, et à celles de notre journaliste Rémy Buisine. Aux centres de ces interrogations, les coupures d’électricité, souvent évoquées en cas de tension sur le réseau cet hiver.
Le ministre Bruno Le Maire répond à vos questions sur Brut


“On demande aux entreprises, à l'État, aux administrations, mais aussi aux Français, aux citoyens, de faire en sorte qu'on n'ait pas de coupures. Déjà, c’est que côté entreprises, il y a un effort qui est fait, aussi du côté des ménages, d'ailleurs, du côté des Français, on est déjà à 6 à 7 % de consommation électrique de moins. Et si on atteint les 10 %, même si la journée est très froide, ça passe. (…) On est juste en train d'expliquer aux Français que nous, gouvernement, avec les administrations, avec les préfets, on se met en position d'anticiper tous les scénarios possibles, que nous, on considère que ça va passer, mais que s'il y a besoin, on demandera aux Français de faire un petit geste le jour venu pour faire en sorte que ça passe”, explique-t-il.
Est-ce qu’on va se retrouver sans électricité cet hiver ?


La neuvième vague du Covid


Autre question au centre de l’actualité: la reprise du Covid. Olivier Véran a notamment été nommé ministre de la Santé à la suite d'Agnès Buzyn, tout au commencement de la crise sanitaire. Pour le désormais porte-parole du gouvernement, il faudra redoubler de vigilance pendant cette période. “Ce qu'on sait, c'est qu'on est plutôt en montée, là, donc on est dans une neuvième vague qui monte, avec plus de 50 000 cas, je crois, par jour, et puis des journées avec beaucoup plus de cas que ça, sans doute avec un sous-diagnostic par rapport à avant, parce que les gens s'isolent volontiers ou ne se font plus tester autant qu'avant, parce que le niveau de peur a un peu baissé, et là, il faut être très vigilant, parce que si vous allez au boulot en ayant les symptômes, sans vous faire tester, vous risquez de contaminer tous les collègues et on ne s'en sort pas. Ensuite, on sait que c'est le même variant plus ou moins que les variants précédents, le fameux Omicron, et on sait qu'il est plutôt moins dangereux, qu'on est protégé des formes graves par la vaccination quand on est à jour de vaccination, toujours.”
Pourquoi les Chinois manifestent contre les règles anti-Covid?


Est-ce que l’obligation des masques est aussi remise sur la table? “Tout le monde sait très bien aujourd'hui que quand je suis dans une rame de métro, je mets un masque et que je diminue les risques de transmission et de me contaminer moi-même. Après, j'entends aussi les gens qui me disent: ‘Moi, si vous me dites que c'est obligé, je le mettrais, mais si vous me dites que c'est pas obligé, je mettrais pas, parce que si c'était si important que ça, vous diriez que c'est obligé’. Donc ça veut dire qu'il y a aussi une forme de réflexe acquis par les gens de se dire: en fait, tout ce qui n'est pas obligé n'est pas nécessaire. C'est pas ce qu'on dit, c'est exactement l'inverse qu’on dit.”
8 questions simples sur le masque


avatar
Brut.