Valérie Cabanes se bat pour faire punir les écocides par la justice

"Ceux qui commettent ce crime détruisent les conditions vitales pour tous". Un écocide, c’est un crime contre l’environnement. Valérie Cabanes est juriste en droit international et elle se bat pour que les écocides soient reconnus par la justice.

Valérie Cabanes milite pour la reconnaissance juridique du crime d'écocide

Selon la juriste en droit international, ce crime doit être reconnu en droit national, en droit européen et en droit international car il détruit les conditions vitales de tous.

« Tous les signaux sont au rouge. Notre civilisation industrielle et capitaliste détruit l'écosystème planétaire tel que nous le connaissons depuis 10.000 ans. » Valérie Cabanes milite pour la reconnaissance juridique du crime d'écocide. Cette juriste en droit international demande donc que la justice puisse pénaliser les atteintes à l'environnement. Et, pour elle, il y a urgence.

« Ceux qui décident de toutes les technologies qui détruisent la biodiversité sont dans une totale impunité »

Depuis la première ère industrielle, nous avons fonctionné comme des prédateurs sur Terre. Nous avons puisé toutes les ressources possibles pour le bien-être de quelques-uns. Aujourd'hui, huit personnes dans le monde détiennent un patrimoine équivalent à 3,6 milliards d'humains. Nous entendons des alertes scientifiques toutes les semaines aux informations.

Et pourtant, rien ne se passe. Rien ne se passe depuis les années 1970 où les premières alertes sont apparues. La question qu'il faut se poser, c'est : « Comment se fait-il que ceux qui induisent, que ceux qui financent, que ceux qui décident de toutes les technologies qui détruisent l'atmosphère, la biodiversité et la biosphère, soient dans une totale impunité et puissent continuer à faire ce qu'ils font ? »

« Les multinationales ne sont pas, aujourd'hui, en situation d'être reconnues responsables »

Un Donald Trump peut sortir de l'accord de Paris sans être inquiété par une justice internationale alors qu’il menace l'intérêt général. Les multinationales ne sont pas, aujourd'hui, en situation d'être reconnues responsables quand elles violent les droits humains et le droit de l'environnement.

Il nous faut reconnaître, en droit national, en droit européen, en droit international, le crime d'écocide. Parce que ceux qui commettent ce crime détruisent les conditions vitales de tous. J'invite les jeunes en particulier, tous les jeunes du monde, à se tourner vers la justice. Si les politiques ne font rien, alors, allez chercher le courage des juges. Partout dans le monde, des juges demandent à ce que les États respectent les droits des générations futures et de la nature.

avatar
Brut.