Elle s'appelait Shireen Abu Akleh

Elle s'appelait Shireen Abu Akleh. Elle était journaliste pour Al-Jazeera et elle est morte en faisant son métier : informer.

“C’est un modèle pour de très nombreux journalistes palestiniens”

Le 11 mai 2022, la journaliste Shireen Abu Akleh est tuée d’une balle dans la tête, alors qu’elle faisait son métier. Rania Zabany, cheffe du bureau d’Al-Jazeera en Palestine et Samuel Forey, journaliste indépendant basé à Jérusalem reviennent sur son parcours et lui rendent hommage. “Elle était pragmatique, humble, drôle, attentionnée, c’était une personne aimante. Elle a commencé en tant qu’ingénieur. Elle a étudié à l’université de Jordanie mais elle a dit que ce n’était pas sa passion. Elle voulait être proche des gens, elle adorait les gens, donc elle changé de discipline et elle a étudié le journalisme” explique Rania Zabany. Des journalistes enquêtent sur l’assassinat de confrères défenseurs de l’environnement

Américaine palestinienne, elle fait ses débuts à la radio. Puis en 1997, âgée de 25 ans, elle est embauchée à Al-Jazeera. Elle passe son temps à couvrir le conflit israélo-palestinien. “Shireen Abu Akleh était une journaliste très importante de cette chaîne. C’était une star, mais c’était aussi une journaliste qui était réputée pour son intégrité et sa solidité. C’est un modèle pour de très nombreux journalistes palestiniens” précise Samuel Forey. Après le meurtre de la journaliste Daphne Caruana Galizia, le premiere ministre maltais démissionne

avatar
Brut.
13 de mayo de 2022 20:43