retour

La révolte chilienne

Au moins 27 morts et des milliers de blessés : c'est le bilan de la crise qui secoue le Chili. ⚠️ Attention : certaines images peuvent choquer.

Au Chili, les manifestations continuent

Les manifestations au Chili, c’est 26 morts en deux mois et demi. Charles Villa s’est rendu sur place pour essayer de comprendre pourquoi la jeunesse se révolte.

Le mouvement de contestation chilien a démarré en octobre 2019 à cause de la hausse du prix du ticket de métro à Santiago. Les étudiants et la jeunesse sont d’abord descendus dans la rue pour demander le retrait de cette augmentation et faire pression sur le gouvernement. Mais rapidement, les revendications se sont transformées en lutte contre la vie chère, la corruption et les inégalités.

« L'arrogance de l’élite »

Monica Gonzalez, journaliste et écrivaine, analyse le phénomène : « Détruire les portiques du métro, les tickets, c'était une réaction d'étudiants qui en avaient marre qu'on augmente les prix et qu'on leur dise en plus de se lever plus tôt. Parce que c'est aussi une rébellion contre les mauvais traitements, contre l'arrogance d'une élite qui répète que si vous êtes pauvres, c'est parce que vous êtes mous. »

Parfois, les forces de l’ordre bloquent l’accès aux rues principales qui mènent au coeur de la ville. Elles restent là jusqu’à qu’elles décident de charger et de vider la place.

Émile, architecte qui participe aux manifestations, fabrique des boucliers. Il témoigne : « On peut le porter comme un sac à dos. L’idée, c’est de permettre aux gens qui font leur travail dans des endroits dangereux, comme les secours, de se sentir en sécurité. Les boucliers qu’ils ont actuellement les oblige à avoir quelqu’un qui le tient à la main. Ce serait bien d’avoir des boucliers qui tiennent debout tout seuls pour pouvoir se servir de ses mains afin d’aider les blessés. Ces bouclier sont faits pour résister à des balles en caoutchouc, ce qu’utilise la police tous les jours. Ce sont des balles de 8mm environ, qui contiennent 20 % de caoutchouc. Le reste, c’est du métal, comme du silice. Les boucliers doivent aussi encaisser les lacrymogènes. »

Plusieurs dizaines de milliers de manifestants chaque jour

Sur la place, il y a plusieurs dizaines de milliers de personnes. C’est uniquement dans les rues adjacentes qu’il y a des combats avec les forces de l’ordre. À chaque fois, quelques centaines de personnes se battent avec elles. Ils envoient des projectiles sur la police, et quand elle s’apprête à charger, ils reforment, puis déforment leurs rangs.

« Le fossé entre les riches et les pauvres est visible ici. Ce n’est pas nous, les méchants. Les méchants sont ceux qui soutiennent l’énorme fossé qu’il y a entre la réalité d’un pauvre et celle d’un riche. On en a marre. On n’en peut plus. Nous, on n’est pas violents, c’est le cœur qui parle, c’est la rage. Parce que j’ai trois enfants, parce que je suis un ouvrier qui n’obtient que de la merde, comme tous ces gens, on ne gagne rien pendant qu’il y en a qui gagnent deux fois plus, trois fois plus que nous. Ça ne peut plus durer. C’est les travailleurs qu’il faut soutenir. Ici, au Chili, si tu n’as pas d’argent, tu n’as pas accès à la santé. Si tu n’as pas d’argent, tu n’as rien, mon vieux », confie un manifestant.

« On nous traite comme des délinquants »

Si les jeunes sont en colère, c’est principalement contre le coût de l’enseignement supérieur. Et cette colère est allée très loin : les manifestants ont mis le feu à une université, qui s’est effondrée. Le niveau de violence n’arrête pas de monter. Au milieu de ce chaos, Charles a rencontré Adriel, un jeune Chilien de 21 ans qui vient toutes les semaines à Santiago pour être en première ligne de la contestation.

« Je manifeste notamment pour mon petit frère. Pour la génération à venir. C’est eux qui vont en bénéficier si nous réussissons. Je proteste contre les inégalités sociales. Parce que les classes sociales d’en haut ont plus de privilèges que celles d’en bas. C’est une espèce de révolution, mais ce n’est pas une guerre, comme le dit le président Sebastián Piñera. Les gens sont fatigués d’avoir subi des abus pendant 30 ans. Les gens âgés sont en train de mourir, parce qu’ils ne peuvent pas vivre avec 100.000 pesos par mois. Ma mère, par exemple, ne travaille pas en ce moment. Et quand elle le fait, son salaire n’est pas suffisant pour subvenir aux besoins de ses enfants. Je suis en colère contre l’État. Nous manifestons pacifiquement et non nous traite comme des délinquants. »

10/01/2020 20:08
  • 424.4K
  • 436

335 commentaires

  • Rami A.
    01/08/2020 10:32

    Mais ils sont cons. C'est une mine qu'il faut placer sous le véhicule, après l'avoir attiré suffisamment loin des troupes de soutien. Les cailloux, çà sert à rien, ce sont des armes de faibles et de pauvres.

  • Dounia D.
    24/07/2020 03:23

    Fautif ?? Les banquiers

  • Joel R.
    08/07/2020 05:49

    C, est comme chez nous, allons zanfants

  • Jean P.
    26/06/2020 05:12

    c la révolte mondialisée rien ne vas plus

  • Alawond B.
    12/03/2020 21:37

    Un p'tit mot pour Haiti...

  • Alawond B.
    12/03/2020 21:37

    Tout cela passent sous mes yeux au chili... J'ai veçu tout ça.....

  • Zakariya B.
    11/03/2020 10:30

    Brito 😱😱😱

  • Laurence E.
    10/03/2020 19:26

    Eux ils ont des couilles!!!!

  • Abdel B.
    08/03/2020 18:40

    ahhh d’accord je comprends vidal le tardba il vient de la 🤦🏿‍♂️

  • Viviana V.
    06/03/2020 11:03

    , los pueblos VENCERÁN y será hermoso, JUSQU'À LA VICTOIRE TOUJOURS !!!!!!!!!

  • Issam I.
    04/03/2020 13:35

    On fout le feu à l'université pour avoir un meilleur accès à l'éducation supérieure.

  • Mathias D.
    03/03/2020 20:02

    C'est les jeunes du monde entier qui devrait se révolter comme eux le font le système dans lequel nous vivons est obsolète

  • Djibril B.
    29/02/2020 22:39

    Le manifestation en Guinée s'est 130 morts en deux mois

  • Wilson M.
    29/02/2020 16:20

    C'est ce qu il faut faire en France pour viré ce gouvernement mal seint

  • Lawtaro D.
    26/02/2020 18:27

    L'histoire se répète. Dans les années '70, les coups d'état militaires ont permit de généraliser le néolibéralisme dans la région. Aujourd'hui, on a recours à des méthodes similaires de répression au profit du stablishment. "PORTE DISPARU" excellent film de Costa Gavras sur la répression pendant le coup militaire au Chili. https://youtu.be/X1WiQxDAeV4

  • Gerard B.
    26/02/2020 06:26

    C que prépare Jupiter et ss Patrons

  • Rode B.
    18/02/2020 15:26

    bonne echange 🤣

  • Cyrille K.
    17/02/2020 15:39

    l'erreur de la création l'être humain la plus grande déception du monde

  • Quentin B.
    16/02/2020 10:40

    Comme la France 😅

  • Mélanie R.
    11/02/2020 20:24

    11 SEPTEMBRE 73 COUP D'ÉTAT POUR IMPOSER PAR LA FORCE LA DICTATURE NÉO-LIBÉRALE... CHILI PREMIER LABORATOIRE... C'EST LA SUITE! ET PARTOUT SUR LA PLANÈTE

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

switch-check
switch-x
En continuant, vous acceptez de recevoir des e-mails de Brut.