Pourquoi fait-on des enfants ?

"Il y a une idée que si on est une femme et qu'on n'a pas d'enfants, on a raté quelque chose." Pourquoi fait-on des enfants ? Pour la psychothérapeute Rachel Izsak, il s'agit surtout d'une pression sociale…

Faire des enfants : choix délibéré ou pression sociale ?

Souvent on nous inculque que "pour se sentir femme il faut être passée par la case mère". Mais, pour la psychothérapeute Rachel Izsak, il s'agit surtout d'une pression sociale…

La pression sociale dont parle Rachel Izsak se construit dès la petite enfance. Lorsqu’une petite fille reçoit, par exemple, un landau dans lequel elle met sa poupée, elle vit un conditionnement social qui l’éduque à l’idée de devenir, un jour, mère à son tour. Présenté sous forme de jeu, il s’agit d’une véritable pression sociale que la petite fille commence à intégrer très jeune. Cependant, le gynécologue René Frydman casse le mythe de l’horloge biologique, tandis que le psychiatre Boris Cyrulnik l’affirme : le désir d’enfant est une donnée strictement humaine. En effet, le désir d’enfant serait ainsi causé par des facteurs psychologiques.

Le rôle de l'enfant dans la création d'une famille

Selon Rachel Izsak, l’idée du couple et de la famille est omniprésente. Il s’agit d’une "pression ambiante". Bien que la notion de famille semble donner de la valeur et une certaine assise sociale au couple, c’est avant tout une une manifestation de l’amour. En effet, aimer au point de vouloir un enfant de son partenaire uniquement, est une preuve d’amour. Pour Rachel Izsak, donner et recevoir de l’amour est existentiel chez l’être humain. Ainsi, "on investit énormément dans un enfant (…) parce qu’on imagine qu’on va recevoir de l’amour. Et de l’amour inconditionnel".

avatar
Brut.