Retour sur le mouvement anti-IVG aux États-Unis

Aux États-Unis, l’avortement n’est plus un droit fédéral. Retour sur les débuts du mouvement anti-IVG pour comprendre la situation actuelle.

Adoption de la loi la plus restrictive depuis 1973

Le 1er septembre 2021, le Texas a adopté la loi anti-avortement la plus restrictive depuis Roe v. Wade. Beaucoup d’autres États suivent. Retour sur les prémices du mouvement anti-IVG dans le pays. A la fin des années 1960, alors que l’interruption volontaire de grossesse est illégal dans la plupart des États américains, le mouvement féministe, qui prend alors de l’ampleur, fait en sorte que le Colorado, la Californie et l’État de New York, entre autres, décriminalisent l’avortement et assouplissent leurs lois. En réaction, des mouvements anti-IVG font leur apparition. En 1973, “Jane Roe”, 21 ans, porte plainte contre l’État du Texas qui lui interdit de mettre un terme à sa grossesse non désirée. La Cour suprême finit par juger anti-constitutionnelles les lois anti-avortement de 46 États. Il s’agit de l’arrêt Roe v. Wade. C’est un moment historique pour les défenseurs de l’IVG. En réaction, les réseaux des militants anti-IVG commencent à s’organiser à l’échelle nationale. IVG aux Etats-Unis : l'histoire de Norma McCorvey aka "Jane Roe"

Dans les années 1980, l’amendement Hyde entre en vigueur : il interdit le financement des avortements par l’assurance maladie. Au même moment, le parti républicain intègre cette question dans son programme. En 1995, dans un retournement de situation spectaculaire, “Jane Roe” se déclare opposée à l’IVG. Elle révèle ensuite que des groupes anti-avortement l’avaient payée pour qu’elle prenne leur parti. Dans les années 1990, plusieurs cliniques qui pratiquent des avortements sont visées par des attaques à la bombe, des fusillades et des incendies criminels. En 2020, Donald Trump devient le premier président en exercice à assister à la March for Life, une manifestation contre l’IVG qui se tient chaque année à Washington, D.C. Droit à l’IVG menacé aux Etats-Unis : le discours de Gloria Steinem

avatar
Brut.