IAM raconte toute l'histoire derrière "L'Empire du côté obscur"

"Beaucoup de gens n'ont pas compris. En fait, ce morceau-là est un morceau très engagé." IAM raconte toute l'histoire derrière "L'Empire du côté obscur".

IAM : l’histoire derrière « L’Empire du côté obscur »

Le titre « L’Empire du côté obscur » a eu un grand succès. Le groupe IAM raconte l’histoire et les paroles de cette chanson, inspirée de l’univers Star Wars.

Titre iconique du groupe IAM, L’Empire de côté obscur raconte toute une histoire. La référence à Star Wars n’a sûrement pas échappé aux fans de la saga.

Akhenaton, membre du groupe, revient sur un souvenir : le jour où il a vu le premier épisode de la saga. « Je pense que je devais avoir 10 ans, c’était en 1978. J’étais allé au Capitole. En fait, c'est l'affiche qui me reste en tête, Leïa aux pieds de Luke Skywalker avec le sabre laser. Quand je suis allé voir le film, ça a été une gifle monumentale », raconte le rappeur.

Un intérêt pour les musiques de films

« On avait choisi de sampler la marche impériale de John Williams. On avait une première version, qui est sortie en inédit dans Les Inrockuptibles à l'époque, avec les samples de la marche impériale. Le sample a été refusé, ce qu'on a trouvé très regrettable de la part de John Williams, qui lui même avait pris Chopin, avait remis la marche funèbre à sa sauce », se souvient le chanteur.

La pop culture est très importante pour IAM. « Il y a toujours eu des morceaux qui sont des déclinaisons de ce qu'on aime en pop culture », poursuit Akhenaton. IAM a toujours souhaité se démarquer des autres artistes. Par exemple, le groupe utilise des musiques de films, des bandes originales ou des scores.

Le côté obscur

Il y avait, à cette période, une volonté de montrer aux autres ce qu’est le « côté sombre », confie Akhenaton.  « On était attachés au fait que ceux qui nous sont présentés comme les gens bien ou les gentils ne sont pas forcément les gentils de l'histoire. Tout simplement parce qu'on sépare les gens et les personnes. Notamment aujourd'hui, il n'y a plus aucune nuance de gris. Ou tout est blanc, ou tout est noir. En général, le noir, c'est le méchant, et le blanc c’est le gentil », analyse le rappeur. 

« Ce morceau-là est très engagé, très engagé. Il a l'air freestyle, mais c'est un morceau sur l'inversion des valeurs. Et aujourd'hui, l'absence de nuance et le fait de classer les gens en catégories et d'avoir des a priori sur les autres, ça nous mène tous droit dans le mur. On a espéré, à un moment, pouvoir changer les choses sur une génération en faisant intéresser les gens à la musique, au hip hop, à des choses positives. C'est ce qu’on voulait dire. »

avatar
Brut.