retour

Pauline Déroulède raconte son accident et sa reconstruction

"Une des premières phrases que j'ai dites en salle de réveil, c'est : 'Je vais faire les Jeux paralympiques.'" À 27 ans, la vie de Pauline a basculé. Marquée à vie, elle raconte son histoire.

Pauline Déroulède a réappris à vivre sans sa jambe

Pour Brut, la joueuse de tennis paralympique revient sur l’acceptation de son nouveau corps et de sa renaissance par le sport.

« C’est un samedi comme les autres. C’est le week-end, il fait beau. Je suis avec ma copine Tiphaine et on décide d’acheter des fleurs pour la soirée car elle allait me présenter son frère. Je décide de m’arrêter à un fleuriste juste à côté de chez nous. Je reste garée sur mon scooter, je mets la béquille et je l’attends. Je la perds de vue et ça m’inquiète. Je m’apprête à lui envoyer un message pour lui demander où elle est », se souvient Pauline Déroulède.

À ce moment-là, c’est le trou noir. « Le souvenir d’après, c’est moi au sol, 50 mètres plus loin, sur des pavés, les bras en croix. Je reprends tout de suite connaissance. Je regarde le ciel et je hurle très fort. Je m’aperçois que ma jambe est arrachée. Là, dans ma tête, ça va très, très vite. Je me dis tout de vite que c’est fini. La Pauline d’avant, elle est morte » Pour Brut, Pauline Déroulède raconte comment elle a repris goût à la vie après ce terrible accident.

« Une des premières phrases que j’ai dites en salle de réveil, c’est : ‘’Je vais faire les Jeux paralympiques’’ »

Je me retrouve hospitalisée à l’hôpital militaire de Percy. La jambe arrachée, c’est une blessure de guerre. J’ai été prise en charge très rapidement, emmenée au bloc. Une des premières phrases que j’ai dites en salle de réveil, c’est : « Je vais faire les Jeux paralympiques. » Ça a tout de suite été présent dans ma tête. Je ne savais pas encore dans quel sport, mais ça a vite été l’objectif que je me suis fixé pour tenir le coup et aller le plus loin possible.

Ça a basculé en mode machine de guerre. On passe par toutes les phases imaginables. Les premières semaines, je vais être très honnête, je n’avais plus envie d’être là. Je n’avais plus envie d’être en vie dans cet état-là parce que je ne m’appropriais plus ce corps. Je trouvais ça moche, je ne trouvais pas ça féminin. Et même par rapport à ma compagne, je me disais : « Mais comment elle peut me trouver encore belle, m’aimer comme ça ? »

« Je ne pense pas que la prothèse soit un jour ma jambe »

Cette prothèse, pour le moment, c’est encore trop récent pour dire que c’est ma jambe. Je ne parle jamais de ma prothèse comme de ma jambe. C’est une extension de moi que je peux plus ou moins ressentir, contrôler, mais ce n’est pas encore ma jambe. Et je ne pense pas que ça le soit un jour, malheureusement. Portée par l’entourage, par l’amour que me portait Tiphaine, j’ai décidé de survivre, de continuer à vivre pour elle, pour mes proches. Mais au début, je ne le faisais pas pour moi.

Aujourd’hui, je ne peux plus être assistante réalisatrice comme je l’étais avant, parce que c’est un métier qui demande d’être debout pendant des heures, de courir partout. On est le chef d’orchestre d’une émission, il faut être sur tous les fronts. Même si j’ai une prothèse, ça ne me permet pas de tenir sur la durée autant d’heures de travail debout. Je ne peux plus physiquement faire ce métier, et ça, c’est très douloureux. C’est pour ça que je me suis mise à fond dans le sport, pour essayer de transformer cette frustration.

01/07/2020 06:33mise à jour : 01/07/2020 08:33
  • 9.1M
  • 2.7K

2335 commentaires

  • Juliette B.
    2 jours

    tro forte

  • Dominique V.
    2 jours

    Quel courage, quelle leçon de vie ! Bravo et soyez heureuse !

  • Yamina S.
    3 jours

    Quel courage !j'ai vu un reportage sur des accidents similaires, et une femme qui a perdu son bras, à fais une opération d'un bras électronique contrôlé par son cerveau,elle demande à son bras qqle chose, et celui-ci fonctionne,elle est robotisée,c'est extraordinaire comme ça marche super bien !!c'est sur, ça à un coût ! Mais y'a une avancée incroyable sur cette médecine !renseignes toi...et un jour toi aussi tu seras une femme robot et tu pourras reprendre ton métier, tu as du courage de te mettre au sport !vive la médecine robotique !ça avance à grands pas👣 pour un monde meilleur! Bientôt pleins de terminators seront parmis nous pour le meilleur !bonne chance, chapeau bas pour ta force à combattre ! Tu es belle... Biz

  • Samhouna M.
    3 jours

    Quelles beaux yeux elle a cette dame !!!

  • Roger O.
    3 jours

    Pourquoi ne pas dire ce qu'il lui est arrivé ?

  • Venema E.
    4 jours

    JE VOUS SOUHAITE VRAIMENT UN PROMPT RETABLISSEMENT QUE DIEU VOUS ACCOMPAGNE ET BISES AFFECTUEUSES!

  • Nad M.
    4 jours

    Dans un article publié sur le site de l'AIMSIB, les Dr. Eric MENAT et Vincent Reliquet écrivent : "...L’ivermectine est efficace quel que soit le variant. Il n’y a plus à craindre une nouvelle épidémie liée à un nouveau variant puisque tous ces virus sont empêchés de prolifération cellulaire par la molécule. Et mieux encore : l’ivermectine ne favorise pas l’émergence de nouveaux variants. On peut donc espérer une meilleure maitrise de l’épidémie à moyen terme et donc sa disparition « naturelle » d’ici un an ce qui ne sera sûrement pas le cas si on continue à vacciner sans réserve comme on le fait actuellement. Fini le « rentrez chez vous, prenez un Doliprane et appelez le 15 quand vous ne pourrez plus respirer... » La complicité de délaissement : M. Le Ministre de la Santé a reçu toutes ces informations. En relation continue avec le Ministère de la Santé, le Conseil National de l'Ordre des Médecins a reçu à chaque fois, toutes ces informations. Aux termes de L 1421- 2 Du Code de la Santé Publique : "...L'ordre des médecins, celui des chirurgiens-dentistes et celui des sages-femmes veillent au maintien des principes de moralité, de probité, de compétence et de dévouement indispensables à l'exercice de la médecine, de l'art dentaire, ou de la profession de sage-femme et à l'observation, par tous leurs membres, des devoirs professionnels, ainsi que des règles édictées par le code de déontologie prévu à l'article L. 4127-1. Ils contribuent à promouvoir la santé publique et la qualité des soins..." Aux termes de l'art. R.4127-32 du code de la santé publique : "...Dès lors qu'il a accepté de répondre à une demande, le médecin s'engage à assurer personnellement au patient des soins consciencieux, dévoués et fondés sur les données acquises de la science, en faisant appel, s'il y a lieu, à l'aide de tiers compétents..." Sur le site Internet de l'Ordre National des Médecins, on peut lire, notamment : "...Veiller à la qualité des soins...Aux côtés des représentants des autres professionnels de santé, l’Ordre veille à la qualité des soins et au respect des droits des patients. Il s’assure de l’indépendance professionnelle de tous ses membres dans leurs relations avec l’industrie pharmaceutique et biomédicale...." Dès le début, et tout au long de l'épidémie, de nombreux médecins, généralistes ou spécialistes, ont tenté de prescrire aux malades présentant les symptômes du Covid 19, l'une de ces thérapeutiques. Dans la plupart des cas, ces médecins étaient rappelés à l'ordre par le Conseil National de l'Ordre qui leur indiquait que leur prescription ne correspondait pas aux "données acquises de la Science" et qui les menaçait de poursuites disciplinaires en cas de récidive, se contentant de leur conseiller de dire à leurs patients : a) soit, si leur état ne semblait pas trop grave, de rester chez eux et "prendre du Doliprane", b) Soit de se rendre aux urgences à l'hôpital. De ce fait les médecins libéraux ne pouvaient rien prescrire, et ne pouvaient qu'attendre que l'état du patient se dégrade, et le faire hospitaliser. Ceci explique pourquoi les malades du Covid 19 qui sont décédés, l'ont été très souvent dans les 3 jours de leur hospitalisation, car ils correspondaient à des malades qui n'avaient pas pu être soignés, et qui arrivaient donc trop tard à l'hôpital. M. le Président du Conseil National de l'Ordre était parfaitement au courant de la situation, et savait qu'en interdisant aux médecins de prescrire l'une des thérapeutiques précitées, il allait contribuer à de nombreuses hospitalisations et de souffrances qui auraient pu être évitées. C'est donc en connaissance de cause qu'il a contribué à laisser s'aggraver l'état de santé de milliers de personnes. Aux termes de l'article 223-3 du Code Pénal : "Le délaissement, en un lieu quelconque, d'une personne qui n'est pas en mesure de se protéger en raison de son âge ou de son état physique ou psychique est puni de cinq ans d'emprisonnement et de 75 000 euros d'amende..." En l'espèce, il ne s'agissait pas d'actes instantanés et non réfléchis, mais bien d'une volonté continue, d'actes intentionnels, effectués en connaissance de cause.

  • Sandrina M.
    4 jours

    Quel courage ! Respect

  • Gina G.
    6 jours

    Bonne chance pour les JO, vous êtes une battante, une très belle femme. Bravo 👍💪

  • Victor V.
    6 jours

    Ptn 😥

  • Filo A.
    7 jours

    En tout cas lorsque l on voit se plaindre des personnes pour des petits Bobo et que Je vois la force de cette femme c est emouvant et l a rend plus belle. C est cela la vie L a recreee pour ne pas s oublier et mourir. Surtout cette force est magnifique et donne a reflechir

  • Marie D.
    08/05/2021 17:49

    Bravo ,vous êtes très courageuse c’est un bel exemple merci beaucoup pour votre message 💝💕🎵🎵♥️👏👏Geneviève

  • Ziani P.
    08/05/2021 17:14

    Terrible courage madame

  • Amel L.
    08/05/2021 08:23

    Pas de mot devant votre force.....

  • Mickael V.
    05/05/2021 22:37

    Vous savais du courage Bonne chance à vous

  • Léane C.
    05/05/2021 13:30

    Encore faut il que les tests soient bien réalisés. J'ai conduis deux ans en conduite accompagnée en ne sachant pas que j'étais malvoyante . Heureusement jamais eue d'accidents . Mais en tout cas c'est pas grâce à la visite médicale que j'ai découvert un handicap invisible : la retinopathie pigmentaire.

  • Cécile G.
    05/05/2021 12:20

    Très touchante et très courageuse respect

  • Clarisse G.
    05/05/2021 07:23

    ❤️ touchant

  • Carroll C.
    05/05/2021 03:24

    Oufff touchant et courageuse ! Bravo !

  • Harold M.
    04/05/2021 07:06

    Il y a des gens à qui tu as envie de dire je t'aime... Elle le mérite ❤️

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

switch-check
switch-x
En continuant, vous acceptez de recevoir des e-mails de Brut.