retour

Pauline Déroulède raconte son accident et sa reconstruction

"Une des premières phrases que j'ai dites en salle de réveil, c'est : 'Je vais faire les Jeux paralympiques.'" À 27 ans, la vie de Pauline a basculé. Marquée à vie, elle raconte son histoire.

Pauline Déroulède a réappris à vivre sans sa jambe

Pour Brut, la joueuse de tennis paralympique revient sur l’acceptation de son nouveau corps et de sa renaissance par le sport.

« C’est un samedi comme les autres. C’est le week-end, il fait beau. Je suis avec ma copine Tiphaine et on décide d’acheter des fleurs pour la soirée car elle allait me présenter son frère. Je décide de m’arrêter à un fleuriste juste à côté de chez nous. Je reste garée sur mon scooter, je mets la béquille et je l’attends. Je la perds de vue et ça m’inquiète. Je m’apprête à lui envoyer un message pour lui demander où elle est », se souvient Pauline Déroulède.

À ce moment-là, c’est le trou noir. « Le souvenir d’après, c’est moi au sol, 50 mètres plus loin, sur des pavés, les bras en croix. Je reprends tout de suite connaissance. Je regarde le ciel et je hurle très fort. Je m’aperçois que ma jambe est arrachée. Là, dans ma tête, ça va très, très vite. Je me dis tout de vite que c’est fini. La Pauline d’avant, elle est morte » Pour Brut, Pauline Déroulède raconte comment elle a repris goût à la vie après ce terrible accident.

« Une des premières phrases que j’ai dites en salle de réveil, c’est : ‘’Je vais faire les Jeux paralympiques’’ »

Je me retrouve hospitalisée à l’hôpital militaire de Percy. La jambe arrachée, c’est une blessure de guerre. J’ai été prise en charge très rapidement, emmenée au bloc. Une des premières phrases que j’ai dites en salle de réveil, c’est : « Je vais faire les Jeux paralympiques. » Ça a tout de suite été présent dans ma tête. Je ne savais pas encore dans quel sport, mais ça a vite été l’objectif que je me suis fixé pour tenir le coup et aller le plus loin possible.

Ça a basculé en mode machine de guerre. On passe par toutes les phases imaginables. Les premières semaines, je vais être très honnête, je n’avais plus envie d’être là. Je n’avais plus envie d’être en vie dans cet état-là parce que je ne m’appropriais plus ce corps. Je trouvais ça moche, je ne trouvais pas ça féminin. Et même par rapport à ma compagne, je me disais : « Mais comment elle peut me trouver encore belle, m’aimer comme ça ? »

« Je ne pense pas que la prothèse soit un jour ma jambe »

Cette prothèse, pour le moment, c’est encore trop récent pour dire que c’est ma jambe. Je ne parle jamais de ma prothèse comme de ma jambe. C’est une extension de moi que je peux plus ou moins ressentir, contrôler, mais ce n’est pas encore ma jambe. Et je ne pense pas que ça le soit un jour, malheureusement. Portée par l’entourage, par l’amour que me portait Tiphaine, j’ai décidé de survivre, de continuer à vivre pour elle, pour mes proches. Mais au début, je ne le faisais pas pour moi.

Aujourd’hui, je ne peux plus être assistante réalisatrice comme je l’étais avant, parce que c’est un métier qui demande d’être debout pendant des heures, de courir partout. On est le chef d’orchestre d’une émission, il faut être sur tous les fronts. Même si j’ai une prothèse, ça ne me permet pas de tenir sur la durée autant d’heures de travail debout. Je ne peux plus physiquement faire ce métier, et ça, c’est très douloureux. C’est pour ça que je me suis mise à fond dans le sport, pour essayer de transformer cette frustration.

01/07/2020 06:33mise à jour : 01/07/2020 08:33
  • 3.6m
  • 1.4k

76 commentaires

  • Salima Zila
    03/07/2020 04:07

    Je n'es pas fini la suite ma belle sœur est morte sur le coup laissant ses deux enfants avec leurs papa et mon fils de 11 ans blesser aux deux jambes fracture et d'autres contusions opérer d'urgence opération réussi c'est retrouvé pendant 1 ans en hôpital de jour rééducation à réintégrer sa classe de cm2 à retrouvé tous ses copains et à retrouvé l'usage de ses jambes maintenant c'est un jeune homme de 18 ans qui grâce à dieu est en bonne santé chaque jour je lui dit de faire attention qu'il profite de sa famille la vie tient qu'à un fil le plus triste dans cette histoire c'est d'apprendre dans la nuit l'accident de ses propres enfants en étant à des milliers de kilomètres cette leçon de vie ma fait comprendre que chaque seconde compte qu'il faut profiter de sa famille m'a rendu plus forte je suis devenu une maman qui prend la vie du bon côté malgré les hauts et les bas je garde toujours le sourire jamais je me plains courage a cette dame et qu'il faut ce dire qu'il faut s'attacher à un but c'est comme sa qu'on s'en sort

  • Salima Zila
    03/07/2020 03:52

    La vie tient qu'à un fil moi mes deux garçons 11 ans et 5 ans on eu un grave accident de la route mon mari était parti à l'étranger voir ses parents j'étais rester en France avec ma fille de 8 ans du fait que je travaillait je ne pouvais rejoindre mon mari et mes deux garçons à 4 h du matin un coup de fil de ma belle mère m'annonçant un grave accident de la route mon mari rentrait en famille avec sa mère mes deux garçons et sa sœur aîné ils étaient allés mangés une glace une voiture roulait à sens inverse le conducteur de se véhicule c'était endormi au volant fonçant tout droit sur le véhicule de mon mari mes deux garçons qui se sont endormi dans le chemin du retour éjecter du véhicule ainsi que ma belle sœur avec plusieurs tours de tonneaux mon mari sort du véhicule indemne ainsi que mon petit de cinq ans avec le choc du véhicule sort du véhicule indemne sachant que le véhicule de mon mari était était écraser avec les vitres brisés

  • Mathilde M.
    01/07/2020 08:28

    Respect. C’est une belle leçon de vie et de courage.

  • Andre S.
    01/07/2020 08:28

    Bravo madame pour cette force de vouloir réussir a réaliser votre but.. Vous êtes un exemple. Merci a vous.

  • Roxane R.
    01/07/2020 08:25

    Quel courage!!!

  • Auré D.
    01/07/2020 08:23

    Quelle courage ! Bravo! En 2014 une conductrice de 90 ans a foncé droit sur ma voiture et m’ a embouti . Elle était presque aveugle , et sourde, et avait des dizaines d’accidents à son actif . Comment peut on les laisser conduire .....

  • Quentin L.
    01/07/2020 08:17

    J'ai bien connus toute ces étapes aussi... J'ai moi aussi eu un très grave accident, j'ai été fauché par une voiture à pied. Je devrais être mort ou au moins tétraplégique, mais je m'en suis sortis. Je devais perdre ma jambe, mais j'ai pu la garder. Ça fait 3 ans et demie maintenant que j'ai eu cet accident, et je suis toujours en rééducation intensive. Il ne faut jamais baisser les bras et se fixer des objectifs toujours plus hauts. Bon courage à elle !!! On ne lache rien 💪

  • Marc M.
    01/07/2020 08:17

    Respect madame de tout cœur avec vous

  • Margot L.
    01/07/2020 08:14

    !!!

  • Kamy V.
    01/07/2020 08:14

    Quand-même ! Après avoir vécu pleinement sa vie ,à 90 ans il brise celle Pauline , bien sûr qu'il n'a pas fait exprès mais quand ce n'est pas normal il faut le dire . Ce monsieur ne devrait pas conduire.

  • Delphine S.
    01/07/2020 08:13

    Bravo

  • Mokrane D.
    01/07/2020 08:13

    دلاع

  • Pascal V.
    01/07/2020 08:11

    Tu est très forte .

  • Soon-Ah V.
    01/07/2020 08:10

    🙏🏻❤️

  • Jean N.
    01/07/2020 08:08

    QUE. DIRE. DE. PLUS...!!!.CHAPEAU. POUR. VOTRE COMBATIVITÉ. VOTRE COURAGE ...DE. TOUT CŒUR AVEC. VOUS..J.N’OL.

  • Toufik T.
    01/07/2020 08:06

    Bon courage tu ie.tre forte Ci la vie tu à un belle histoire

  • Carølüss Đ.
    01/07/2020 08:03

    Amour, force et gratitude pour toi Pauline, tu ma sourire aujourd'hui 💪😍😘💕

  • Vivek K.
    01/07/2020 07:58

    good wardwarking

  • Joelle S.
    01/07/2020 07:53

    BONJOUR ET BON COURAGE

  • Mounia B.
    01/07/2020 07:53

    Grand respect pour cette dame courageuse....déterminée...et très belle ! Chapeau bas !!!!!

Abonnez-vous gratuitement à myBrut, le magazine digital de la communauté Brut

Abonnez-vous gratuitement à myBrut, le magazine digital de la communauté Brut

switch-check
switch-x
En continuant, vous acceptez de recevoir des emails de Brut.